Comment optimiser la combustion des granulés de bois ?

Je possède un poêle ou une chaudière. Je suis très satisfait.e de son fort pouvoir calorifique mais j’aimerai néanmoins être certain.e d’optimiser parfaitement la combustion des granulés de bois. Que dois-je faire pour m’en assurer ?

Comment fonctionne la combustion des granulés de bois ?

La combustion des granulés de bois s’effectue en 3 étapes, quel que soit l’appareil de chauffage utilisé. Poêle, chaudière ou insert, elle suivra le même procédé.

Phase n° : Le séchage 

Malgré un taux d’humidité très bas (inférieur à 10%) qui permet aux pellets de bénéficier d’une combustion complète et optimale, ils restent constitué d’un minimum d’eau. Ainsi, cela doit s’évaporer au début de la combustion.

Cette étape n’est possible que grâce à un important apport d’air et de chaleur. Cette partie se fait donc sous une température allant de 100 à 200° C.

Phase n°2 : La pyrolyse

Aussi appelée décomposition des granulés en produits évaporables, volatils et résidus de charbon. Pour ce faire, la température atteint 200 à 600°C.

Les molécules formées sont du monoxyde de carbone et d’autres gaz composés d’hydrogène et de carbone. Les résidus charbonneux deviendront ensuite de nouveaux combustibles.

Phase n°3 : L’oxydation

Au contact de l’air, les gaz formés pendant la phase précédente s’oxydent et de grandes flammes jaunes se forment. La température peut alors aller de 300 à 800°C.

Ensuite, il ne vous restera plus que des cendres. Le feu s’éteindra donc. Vous pourrez utiliser ces restes comme dégraissant pour votre vaisselle, nettoyant pour vos carreaux ou encore en tant que répulsif pour les insectes rampant de votre jardin.

Comment optimiser la combustion de pellets ?

Que vous ayez choisi correctement vos granulés et qu’ils soient certifiés ne suffit pas à vous assurer une combustion optimale. En effet, l’état et la capacité de l’appareil de chauffage rentre également en jeu. Ainsi, il faut vérifier qu’il soit bien réglé. S’il ne l’est pas, vous pourrez perdre 20% de rendements en moyenne.

Si vous avez le moindre doute concernant ces réglages, demandez conseil au professionnel qui a installé votre poêle.

Régler la température et le débit de son appareil

Si le réglage de la température de votre appareil de chauffe est si important c’est par ce qu’il fonctionne comme pour les radiateurs. En effet, en cas de surchauffe de la pièce, votre consommation de pellets sera plus importante et au revoir les économies.

La température idéale se situe entre 19 et 20°C. Si vous chauffez à un degré supérieur, vous entraînerez une surconsommation proche de 7%.

Adapter son chauffage à son comportement

Pour faire des économies de combustible, il est également possible d’adapter sa consommation à son agenda.

En effet, vous pouvez régler le thermostat de votre appareils pour que les plages horaires de forte combustion coïncident avec votre présence dans le logement. Aussi, privilégiez une température basse lorsque vous êtes absent.e.

Enfin, si vous avez un planning régulier, vous pouvez ajuster la température automatiquement ou à distance grâce aux systèmes connectés. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une chaleur confortable à votre retour.

Ajuster la qualité d’air de combustion

Même si les réglages effectués en usine sont généralement fiables, il faut parfois vérifier que le débit d’air est correct. En effet, vous pourrez être amener à les modifier si vous êtes en « zone spéciale ». Une zone ventée ou une pente de toit atypique pourra nécessiter un réglage.

Pour s’en rendre compte, observez les pellets qui brûlent. Si ils ont tendance à trop bouger, la quantité d’air est trop forte, votre combustion est trop rapide et vous consommerez votre stock plus rapidement. Il faut donc la diminuer. Ralentissez le ventilateur d’extraction de fumées.

Attention à ne pas trop diminuer l’apport d’air tout de même. Vous risqueriez d’encrasser le conduit.

Laisser un commentaire

Fermer le menu