Quand et comment ramoner sa cheminée ?

Vous disposez d’un appareil de chauffage qui nécessite un nettoyage ? Vous ne savez pas quand et comment le faire ? Quels sont les prix? Dans cet article nous allons vous aiguiller et vous donner quelques conseils concernant l’entretien de vos conduits.

Pourquoi le ramonage est-il nécessaire ?

Votre sécurité

Vos appareils de chauffage ou de cuisson qui fonctionnent au gaz, au bois ou au charbon par exemple émettent un gaz néfaste pour la santé. Le ramonage régulier d’une cheminée permet principalement de prévenir les risques d’intoxication à celui-ci, le monoxyde de carbone.

Ramoner, c’est aussi éviter le risque d’incendie provoqué par un encrassement du conduit de fumée. Une utilisation répétée ou une longue période d’inactivité détériorent le système et augmentent ces risques.

Votre porte-monnaie

Sans mentionner les économies de combustible grâce à un meilleur tirage et rendement, des dépôts, comme la suie, peuvent avoir des conséquences catastrophiques sur vos appareils. Leur efficacité, performance et longévité se verront alors réduites. Il faudra donc investir dans un nouveau chauffage, plus efficace !

De plus, le défaut de ramonage peut être sanctionné d’une amende pouvant atteindre les 450€

A quelle fréquence faut-il le faire ?

Les obligations de ramonage dépendent de votre localisation. Elles sont stipulées dans le règlement sanitaire départemental de la commune où vous habitez et sont consultables en mairie.

Le plus souvent un ramonage est nécessaire deux fois par an, dont une fois pendant la période de chauffe. L’utilisation de votre appareil y est plus important, il faut donc impérativement s’assurer de sa sécurité à ce moment là.

L’intervention

La durée de l’intervention est généralement d’une vingtaine de minutes. Elle varie toutefois en fonction de la taille de l’installation. Son coût est généralement aux frais de l’utilisateur de l’appareil. Il se situe entre 30 et 50€ en province et atteint les 55 à 80€ en région parisienne.

A qui s’adresser ?

Le ramonage doit être effectué par un professionnel qualifié. Il est possible de le faire soi-même, avec le matériel adéquat mais ce n’est pas conseillé. L’assurance peut vous en tenir rigueur en cas d’accident.

Lorsque l’opération est accomplie, le ramoneur doit vous remettre un certificat de ramonage. Ce document atteste de la réalisation effective du ramonage. Il doit être gardé précieusement. Il pourra vous être demandé par l’assurance, en tant que preuve, en cas de sinistre.

Quelques conseils

Les bûches ramoneuses

Elles sont à utiliser avec précaution. Par l’action de produits chimiques, elles sont censées ramoner vos conduits de cheminée ou d’installation de chauffage. Si elles constituent effectivement une aide au ramonage mécanique en fragilisant les dépôts, elles ne peuvent le remplacer.

Dans certains cas, ces produits peuvent même être néfastes pour vos conduits. Ils présentent des risques de vieillissement accéléré des matériaux utilisés pour ces derniers. Mieux vaut donc vous en tenir au ramonage exigé par la réglementation.

Comment limiter la production de suie ?

Même si celle-ci est inévitable, il existe une technique pour en limiter la production.

L’utilisation d’un bois dont le taux d’humidité n’excède pas 20% est bénéfique. Mieux vaut donc l’acheter six mois à un an à l’avance et le stocker dans un endroit sec et ventilé.

Laisser un commentaire

Fermer le menu